28.01.2019

Saint-Barthélemy : 109 deux-roues contrôlés depuis le 1er juin

Suite à quatre accidents mortels impliquant des deux-roues en début d'année dernière, une réunion de bilan du Groupe Local de Traitement de la Délinquance (GLTD) dédié aux comportements à risque des deux roues sur Saint-Barthélemy s'est tenue à la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy avec le président de la collectivité, le représentant de la préfecture, le responsable de la police territoriale, le major de Gendarmerie et le parquet détaché des îles du Nord, le 22 janvier dernier. Plusieurs actions de prévention et de répression ont ainsi été lancées, indique le parchet détaché des îles du Nord. 

PREVENTION 

La gendarmerie a fait de nombreuses interventions de sensibilisation à la sécurité routière pour les utilisateurs de deux-roues auprès des hôtels et débits de boissons et des travailleurs saisonniers. Réceptifs au message d'incitation à la prudence et à la prévention de la conduite alcoolique, certains ont mis en place des propositions de solution de ramassage à faible coût pour limiter le recours aux deux roues par les "fêtards". 

La préfecture a diffusé des imprimés rappelant la tolérance zéro en matière routière et les obligations des conducteurs, avec la participation de l'association des hôtels et villas de Saint-Barthélemy. Une réunion s'est tenue avec les principaux employeurs de l'île le 3 juillet 2018 pour rappeler la responsabilité de chacun en matière de sécurité routière.

Tandis que des actions  à destination des entreprises de BTP sont à l'étude, d'autres actions de sensibilisation, à l'instar du forum de sécurité routière organisé par la collectivité territoriale et  qui s'est tenu le 12 janvier dernier, sont prévues au premier semestre 2019, notamment à l'égard des collégiens.

La collectivité a lancé une campagne d'information locale ("sois responsable") pour rappeler les dangers de l'alcool au volant et s'est dotée de dix radars pédagogiques, en cours d'installation, et d'une piste mobile de sécurité routière. Elle a limité le trafic routier en l'interdisant aux camions de plus de 14 tonnes, 2,42m de largeur et 7 m de long, nouvelle réglementation applicable au 1 janvier 2019. Elle a également limité à 40 km/h la vitesse sur les routes par temps de pluie, même si de nombreuses zones à 30 km/h existent déjà, de même que des limitateurs de vitesse.

REPRESSION

La politique pénale du parquet détaché a été renforcée par des contrôles routiers plus nombreux, avec l'utilisation du curvomètre de la police territoriale (qui constate que des 50 cm3 peuvent aller jusqu'à 99 km/h, le maximum du compteur), l'immobilisation ou la saisie plus systématique des deux roues en infraction et la recherche des responsabilités indirectes dans les alcoolémies et accidents de circulation, la généralisation des ordonnances délictuelles pour les alcoolémies délictuelles (au lieu des alternatives aux poursuites), le raccourcissement des délais pour l'obtention des taux dans les analyses sanguines (8 jours pour 1 mois auparavant, objectif 24h à terme), la systématisation en lien avec la collectivité des suspensions administratives de permis, qui doit encore être harmonisée, la meilleure consultation des fichiers entre gendarmerie et police territoriale.

109 deux-roues en infractions délictuelles ont été contrôlés depuis le 1er juin, avec le constat d'au moins une infraction. 54 ont été ainsi retirés de la circulation, dont 14 à l'initiative de la police territoriale, et 16 ont été détruits, la confiscation est demandée aux audiences.

20% de ces procédures ont été faites à partir d'un accident matériel et/ou corporel de la circulation. 45% de l'ensemble des 109 personnes contrôlées étaient en alcoolémie délictuelle (record 3,5g L/sang) et seulement 10% sous l'influence des stupéfiants.

75% des infractions commises concernent des cylindrées inférieures à 125 cm3 (seulement 5% de quads). Beaucoup de ceux qui ont des 125 cm3 et plus n'ont pas le permis adapté, et seulement 25% des personnes en infractions ont moins de 25 ans.

20% des personnes en infractions conduisent avec un permis non adapté , et 35% n'ont pas d'assurance valide.

71% des personnes contrôlées ont déjà  été poursuivies, dont  17% en alternative aux poursuites devant le délégué du procureur se déplacant à Saint-Barthélemy. Le reste encourt des peines correctionnelles. Le tribunal se réunit tous les trois mois à Saint-Barthélemy, et des ordonnances pénales délictuelles sont notifiées par les délégués également. 

Cette politique préventive et répressive tournée vers l'amélioration de la sécurité routière à Saint-Barthélemy va se poursuivre par tous les partenaires en 2019, à partir des enseignements tirés de ce premier bilan. En effet, l'accidentologie sur l'île, où 33% des véhicules sont des deux-roues, reste importante.

(Photo d'archive : contrôle des deux-roues à Saint-Martin en avril 2017)

Anonyme
1 commentaire

Commentaires

et à st martin ? rien on roule sans casque et sans papier

Ajouter un commentaire

Commentaires des articles

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <blockquote> <br> <cite> <code> <dd> <div> <dl> <dt> <em> <li> <ol> <p> <span> <strong> <ul>

Texte brut

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.